Classification de fonctions sexuellement neutre afin de supprimer l'inégalité salariale

« Travail de valeur égale pour salaire égal » pour les femmes et les hommes : le principe est intégré de longue date dans la législation tant européenne que belge et il constitue un élément essentiel pour l’égalité de traitement entre hommes et femmes. Dans la pratique, il existe encore souvent un fossé entre les salaires des travailleurs masculins et féminins. Sur le marché belge du travail, une femme gagne en moyenne moins qu’un homme.

L’existence de cet écart salarial s’explique traditionnellement dans la littérature spécialisée par un certain nombre de facteurs liés, dont des différences de formation et d’ancienneté, des différences au niveau de l’évolution de la carrière, une ségrégation sur le marché du travail et une sous-évaluation des fonctions et caractéristiques de fonction typiquement féminines (ce phénomène est également connu sous le nom de ‘discrimination dans l’évaluation des fonctions’).

A première vue, l’évaluation des fonctions semble une activité objective et scientifique.  Mais dans la pratique, toutes sortes de mécanismes cachés, de préjugés et de stéréotypes déforment l’évaluation au détriment des femmes. Une partie non négligeable de l’écart salarial peut être attribuée à ces mécanismes cachés de discrimination sexuelle dans les systèmes d’évaluation des fonctions.

L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a lancé le projet EVA concernant cette problématique.